Travailler et investir en Polynésie Française

Papeete-APS-projet
Papeete-APS-projet

Paysages paradisiaques et fiscalité alléchante, la Polynésie Française est-elle une bonne idée pour travailler ou investir ? Laisse-moi te présenter ces îles qui présentent plus d’un avantage, en particulier pour les Français de métropole.

Carte d’identité du pays

La Polynésie Française c’est 118 îles regroupées en 5 archipels au cœur de Pacifique Sud. Plus de 267 000 habitants y vivent (recensement de 2007), dont une grande majorité à Tahiti. La population est jeune : plus d’1/3 des habitant a moins de 20 ans.

Le climat y est de type tropical océanique : une saison chaude et humide de novembre à mars et une saison plus fraîche d’avril à octobre. Cependant, vu l’étendue du territoire, le climat varie selon l’île où l’on se trouve.

La Polynésie Française est une collectivité d’outre-mer (COM) de la France, c’est-à-dire un territoire qui n’est pas tout à fait indépendant mais bénéficie d’une large autonomie. Ses habitants sont de nationalité française, mais possèdent un gouvernement local dirigé par un président. Un représentant de l’Etat Français gère les intérêts nationaux, le respect des lois, de l’ordre public et du contrôle administratif.

La langue officielle y est donc le français, un vrai atout lorsque l’on vient de métropole.

Zoom sur l’économie du pays

Avec ses paysages paradisiaques, son climat tropical et son authenticité culturelle, l’économie de la Polynésie repose essentiellement sur le tourisme. La pêche, la culture de perles et la production de vanille, monoï, ou coprah sont aussi des secteurs économiques sur lesquels s’appuient la collectivité.

Cependant, ces secteurs sont en perte de vitesse et, malgré une économie très administrée, les inégalités sont importantes et ¼ de la population vit sous le seuil de pauvreté.

La monnaie locale est le franc pacifique (Fcfp). Le FCFP est fixé sur l’Euro, avec un taux garanti par le gouvernement français (1 FCFP = 0,00838 €). La stabilité monétaire est donc assurée.

Vivre en Polynésie

Vivre sur une île signifie qu’il y a peu de place pour une agriculture diversifiée. Ainsi, la plupart des produits sont importés et le coût de la vie est assez élevé. Cela dit, les prix varient selon l’île sur laquelle tu t’installes et le style de vie que tu souhaites adopter.

A Tahiti, compte environ 700€ pour louer un F2 pas trop loin de la capitale Papeete. Un petit snack ou restau pas cher peut te servir un repas pour 3 à 10 €, mais attention à l’équilibre alimentaire à ce prix-là c’est la version fast food !

L’électricité polynésienne est également un gros poste de dépense. Elle est connue pour être la plus chère au monde même si les prix baissent depuis quelques années.

Le réseau de télécommunications, quant à lui, est au point, grâce aux liaisons satellites et au câble sous-marin à fibre optique. L’accès à internet se fait en haut débit, mais il existe plusieurs types de forfaits selon la vitesse et le volume que tu comptes utiliser. Pour 32 € tu peux avoir un abonnement limité (20 Go) avec un débit de 2 Méga en réception.

Côté transport, l’essence et le ticket de bus sont un peu moins chers qu’à Paris mais le passage des bus est très aléatoire.

Bref, la Polynésie française n’est pas une destination bon plan pour faire des économies sur les dépenses quotidiennes, surtout si tu veux faire autre chose que de profiter des plages et de la mer. Mais tu y trouveras une sécurité et un confort médical qui n’existent pas forcément dans d’autres pays et surtout tu pourras faire des économies du côté fiscal.

Taxes, impôts et aides à l’investissement

La Polynésie Française est, en effet, une forme de paradis fiscal. Les résidents polynésiens ne paient pas d’impôt sur le revenu, ni d’ISF ou de droit de succession.

La TVA est appliquée selon le type de produits à 5 – 13 ou 16%.

L’impôt sur les sociétés varie de 25 à 35% des bénéfices. Il peut être plus bas lorsque les investissements ou les charges de personnel sont importants. Les entreprises nouvellement créées en sont exonérées pour leur 1er exercice.

Mais les chefs d’entreprises peuvent choisir de rester en nom propre ce qui leur permet d’être imposés uniquement sur les transactions. Cet impôt est calculé selon une échelle allant de 1,5 à 11% du chiffre d’affaires. Les entreprises en sont également exonérées lors de leur 1er exercice.

Le calcul est à faire et à moins d’avoir d’importantes charges qui diminuent de beaucoup le bénéfice par rapport au chiffre d’affaires, il est vite fait !

Toute personne physique travaillant en Polynésie Française est également soumise à la Contribution de Solidarité Territoriale sur sa rémunération. Elle varie de 0,5 à 25% selon les revenus pour les salaires, rentes etc. et de 0,75 à 4% pour les prestataires de services et professions libérales (de 0,4 à 2,25% seulement pour les commerçants).

Une patente doit également être versée par toute personne physique ou morale exerçant une activité non salariée. De nombreuses activités en sont exonérées.

Les entrepreneurs relevant du régime de l’entreprise individuelle bénéficient d’un régime fiscal simplifié et paient un forfait de 209,50 € si leur CA est inférieur à 16 770 € ou 377,10 € pour un CA entre 16 770 et 41 900 €.

Pour les investisseurs, la Polynésie présente l’avantage de la sécurité intérieure et financière. L’Etat polynésien encourage les investissements grâce à des aides financières et organisationnelles.

Un certain nombre de défiscalisations polynésiennes sont proposées, ainsi que la possibilité d’obtenir des crédits d’impôts en France métropolitaine. Les 2 dispositifs sont cumulables.

L’investissement est également facilité grâce à des démarches simplifiées. Aucune autorisation ou demande préalable n’est exigée dans les secteurs de la pêche, aquaculture, nacre, perle, audiovisuel ou télécommunications, ni pour l’acquisition de biens ou de droits immobiliers. Pour les autres secteurs, une déclaration est à faire dans les 3 mois suivant l’investissement.

Il n’y a ni limite dans le rapatriement des fonds, ni contrôle des investissements (hors traçabilité bancaire). Les fonds transitant entre la France métropolitaine et la Polynésie ne sont soumis à aucune obligation déclarative.

Formalités d’entrée

Si tu es Européen (UE, EEE, Suisse, Andorre, St-Martin, Monaco et Vatican), aller en Polynésie te sera très simple puisqu’il te suffit d’avoir une carte d’identité ou un passeport en cours de validité pour rentrer dans le pays. Par contre, si tu souhaites venir de France en avion (aéroport de Tahiti Faa’a), il y aura une escale à Los Angeles, donc obligation d’avoir un passeport et un formulaire Esta.

Aucun vaccin particulier n’est exigé pour entrer dans le pays, sauf si tu viens d’un pays à risques.

 

Toutes ces informations devraient te permettre de savoir si la Polynésie Française est une bonne option pour toi. Si tu as déjà vécu là-bas n’hésite pas à nous en parler.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *