Le voyageur permanent

flag-theory-perpetual-traveler


J’ai déjà évoqué, à plusieurs reprises sur ce blog, le principe du nomade digital. Aujourd’hui, j’aimerais m’attarder sur un autre concept qui s’en approche : celui de PT ou perpetual traveler, en Français : le voyageur permanent.

De plus en plus de personnes choisissent la vie de digital nomade et voyagent à travers le monde tout en travaillant dans des pays où les taxes sont plus favorables et le coût de la vie moins élevé. Mais, en poussant le principe encore plus loin, on peut devenir voyageur permanent : un mode de vie qui permet d’éviter au maximum les taxations sur le revenu.

– Comment ça marche ?
– Quels sont les avantages et les inconvénients de ce mode de vie ?
– Voici un tour d’horizon de ce qu’est un voyageur permanent…

 

Un point sur la résidence fiscale.

Avant d’évoquer le concept de voyageur permanent, laisse-moi te faire un petit rappel réglementaire sur ce qu’est la résidence fiscale.

On appelle résidence fiscale, le pays où tu vas payer des impôts sur tes revenus. Si, comme la plupart des gens, tu vis toute l’année dans le même pays et que tu y travailles, ce pays sera ta résidence fiscale et tu y paieras tes impôts selon les taux et règles en vigueur.

C’est différent si tu changes de pays et travailles dans plusieurs endroits au cours d’une même année.

Généralement, si on reste dans un pays plus de 183 jours (6 mois) dans l’année, on est considéré comme résident fiscal dans ce pays. On devra donc y payer des impôts sur ses revenus.

Les règles peuvent, cependant, être différentes d’un état à un autre et concerner tout ou partie des revenus (selon qu’ils sont de sources internes ou externes au pays en question).

Je t’invite à consulter mes précédents articles pour en savoir plus sur les conditions de résidence fiscale dans chaque état.

 

Qu’est-ce qu’un voyageur permanent ?

Un voyageur permanent est quelqu’un qui s’arrange pour partir d’un pays avant d’y être considéré comme résident fiscal. Il fait ça toute l’année et évite ainsi de payer des impôts sur le revenu !

Un nomade digital peut donc tout à fait endosser le statut de voyageur permanent. Il lui suffit de changer de pays suffisamment souvent pour n’être résident fiscal nulle part, ou alors seulement dans les (rares) pays qui n’imposent pas les revenus. Il peut aussi s’arranger pour rester dans les états où seuls les revenus de sources internes sont taxés.

Pour ces voyages, de simples visas touristiques suffisent, puisqu’on change de pays régulièrement, en emportant généralement tout son business dans un sac à dos.

C’est un mode de vie qui est également possible pour les investisseurs.

 

Est-ce légal ?

Tu te demandes peut-être si être voyageur permanent et ne pas payer d’impôts sur le revenu est légal. La réponse est oui… et non.

Oui, en théorie, parce qu’il est tout à fait autorisé à aller d’un pays à l’autre avec des papiers en règle. Le voyageur permanent n’est pas un travailleur sans-papier qui tente de s’installer illégalement dans un pays.

Non, en pratique, parce que la plupart des nomades digitaux qui optent pour le statut de voyageur permanent travaillent alors qu’ils ont un visa touristique.

Comme son nom l’indique, ce genre de visa est destiné aux personnes qui viennent visiter le pays en tant que touristes, pas en tant que travailleurs indépendants. S’il n’est pas interdit de répondre à ses emails professionnels quand on visite un pays pendant ses vacances, ce n’est pas tout à fait la même chose que d’aller dans ce pays avec l’intention de travailler.

De plus, ils oublient généralement de déclarer leurs revenus. Même s’ils ne sont pas soumis à l’impôt, les revenus gagnés dans un pays doivent être déclarés. Ne pas remplir sa déclaration de revenus est illégal.

Cela dit, les risques sont minimes. Aucun pays ne va chercher à arrêter des personnes de passage, qui n’ont pas rempli une déclaration de revenus établissant qu’elles ne sont pas imposables.

Les voyageurs permanents sont donc généralement dans l’illégalité, mais ne risquent en réalité rien.

 

Doit-on avoir une adresse fixe ?

Que ce soit pour son business ou simplement pour ouvrir un compte en banque, le voyageur permanent a besoin d’une adresse.

Aucune banque n’ouvrira un compte à un client sans une adresse postale fixe. Ce serait prendre trop de risques en matière de crimes financiers ou de non-paiement des taxes.

Alors, comment faire pour avoir une adresse fixe quand on est de passage partout ?

C’est là qu’intervient la subtile différence entre résidence et domicile.

La résidence est l’endroit où quelqu’un vit réellement (dans le cas d’un voyageur permanent, c’est donc un peu partout dans le monde).

Le domicile a une valeur plus juridique, c’est l’adresse légale.

Pour la majorité des gens, la résidence et le domicile sont la même chose. Pour les voyageurs permanents, c’est différent. Leur domicile peut être dans leur pays d’origine, celui où ils passent la plus grande partie de leur temps, où encore un pays avec un système d’imposition allégé dans lequel ils seront officiellement résident permanent.

Certains pays permettent, en effet, d’obtenir un visa de résident permanent malgré une présence réelle minimale. C’est le cas, par exemple de Malte, Chypre, Panama, le Costa Rica, le Paraguay, …
Pour avoir une adresse, il suffit alors de louer un appartement, acheter une propriété (ça peut être l’occasion de faire un investissement), utiliser l’adresse d’une entreprise dans ce pays… Certains petits malins, se contentent de louer un box quand ça suffit à être considéré comme une adresse !

 

ATTENTION, votre passeport n’a rien à voir avec votre adresse fiscale ou de domicile !

 

Quels sont les coûts de ce mode de vie ?

On l’a vu, être voyageur permanent permet d’éviter de payer des impôts sur ses revenus. C’est une belle économie de faite !

Toutefois, il ne faut pas oublier que ce mode de vie nomade a un coût.

Déjà, le coût du voyage et des locations temporaires est à prendre en compte. Même si on choisit des pays avec un niveau de vie peu élevé, bouger souvent revient plus cher que de s’installer un peu plus longtemps.

À cela, il faut ajouter le coût d’une assurance maladie privée, celui des frais de changes de monnaies ou encore celui de son domicile officiel.

Il est donc nécessaire de faire ses calculs pour vérifier que ces dépenses ne seront pas plus élevées que les impôts sur le revenu que l’on aurait payés ailleurs (et pas forcément en France) avant de choisir ce mode de vie pour des raisons économiques.

Il est surtout essentiel d’être nomade dans l’âme pour aimer ne jamais se poser trop longtemps quelque part !

 

Est-ce que ce statut de voyageur permanent te tente ?

Dans quels pays partirais-tu en premier ?

.

.

.

2 commentaires

  1. Article génial. J’ai rarement vu aussi intéressant. En plus je me reconnait totalement dans les particularités du digital nomade / voyageur permanent, à la différence près qu’il y a ma personne et ma société qui voyagent tous les 6 mois (moins de 183jrs)

    15/05/2016
    Répondre
  2. Sebastien a dit:

    Bonjour,

    Nous sommes une famille qui voyage depuis plus de 1 an à travers le monde. Nous avons une activité sur web Et ne restons jamais plus de 6 mois dans un pays. Nous allons continuer comme ça encore plusieurs années. Notre adresse est chez un parent en France… du coup nous sommes domicilié en France, ce qui implique toutes Les complications qui vont avec… alors qu’on y vie pas… en gros nous sommes citoyens du monde et non d’un pays…

    D’après vous, ou devons nous mettre notre résidence fiscale et notre entreprise pour être tranquille sans que ça ne coûte trop d’argent pour cette démarche ? Sachant que nous seront rarement voir j’aimais dans ce pays car nous bougeons tout le temps…

    Par avance merci !

    Sébastien coste

    11/01/2017
    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *